May
18
6:30 PM18:30

Nuit des musées 2019

La nuit des musées 2019 a coïncidé avec la fermeture de l'exposition sur les Indiennes, qui s’est terminée en beauté.

ARTHIS a proposé une cuisine aux saveurs de l’Inde, tout au long de la nuit… et toujours dans la magnifique cage d’escalier du MahN.

ARTHIS a proposé une cuisine aux saveurs de l’Inde, tout au long de la nuit… et toujours dans la magnifique cage d’escalier du MahN.

L’Inde a aussi été représentée de manière particulièrement gracieuse par la danseuse Annjali Shah

L’Inde a aussi été représentée de manière particulièrement gracieuse par la danseuse Annjali Shah

Facebook_NdM2019.jpeg
View Event →
May
11
5:00 PM17:00

Vernissage du livre de Charles Froidevaux : “Histoire économique et monétaire en Suisse occidentale (1589-1818)”

Vernissage du livre de Charles Froidevaux : “Histoire économique et monétaire en Suisse occidentale (1589-1818)”, avec un catalogue des monnaies neuchâteloises. Cet événement, privé, est réservé à nos membres. En présence de l’auteur et des éditeurs.

Médaille de Neuchâtel, du milieu du 14ème siècle, en argent.

Médaille de Neuchâtel, du milieu du 14ème siècle, en argent.

View Event →
Mar
4
6:30 PM18:30

Assemblée générale 2019, suivie d'une conférence de M. Régis Bertholon : « Conserver et peut-être restaurer : matériaux, altération et valeurs culturelles »

Assemblée générale, suivie d’une conférence de M. Régis Bertholon, Professeur à la Haute Ecole Arc Conservation-restauration de Neuchâtel, responsable de la filière : : « Conserver et peut-être restaurer : matériaux, altération et valeurs culturelles »

Régis Bertholon,  Professeur à la Haute Ecole Arc Conservation-restauration, responsable de la filière

Régis Bertholon, Professeur à la Haute Ecole Arc Conservation-restauration, responsable de la filière

View Event →
Feb
12
6:30 PM18:30

Mise en image de la représentation de l’enfant dans l’art au cours des siècles, par Nicole Quellet Soguel

Mise en image, dans l’exposition semi-permanente, de la représentation de l’enfant dans l’art au cours des siècles, par Nicole Quellet Soguel, conservatrice-assistante du département des arts plastiques

Anonyme (XVIIème siècle),  Portrait du comte de Dunois  1626. Huile sur toile, 60x51 cm. Ce petit enfant, âgé de trois mois sur la toile, fils d'Henry d’Orléans-Longueville mais dont on ne connait pas le prénom, est malheureusement décédé prématurément.

Anonyme (XVIIème siècle), Portrait du comte de Dunois 1626. Huile sur toile, 60x51 cm. Ce petit enfant, âgé de trois mois sur la toile, fils d'Henry d’Orléans-Longueville mais dont on ne connait pas le prénom, est malheureusement décédé prématurément.

Albert Anker,  Pestalozzi et les orphelins unterwaldois à Morat  ou  Enfants des petits cantons en 1798 , 1876, Huile sur toile, 111×175 cm

Albert Anker, Pestalozzi et les orphelins unterwaldois à Morat ou Enfants des petits cantons en 1798, 1876, Huile sur toile, 111×175 cm

View Event →
Jan
24
6:30 PM18:30

Visite du salon des 4 saisons du Moulin de Bevaix, avec Jacques Bujard, conservateur cantonal et chef de l'Office du patrimoine et de l'archéologie

Visite du salon des 4 saisons du Moulin de Bevaix, avec Jacques Bujard, conservateur cantonal et chef de l'Office du patrimoine et de l'archéologie, et Claudine Cordey, présidente de l’Aristoloche

Au 19ème siècle, le Moulin de Bevaix avait perdu ses fonctions premières et appartenaient à la famille Borel qui l’avait transformé en une charmante maison de campagne.

Détail de la frise de Arnold Jenny, peinte paysagiste bâlois (1831-1881), dont les paysages évoquent les 4 saisons, et cette scène en particulier un pique-nique de la famille Borel (probablement)

Détail de la frise de Arnold Jenny, peinte paysagiste bâlois (1831-1881), dont les paysages évoquent les 4 saisons, et cette scène en particulier un pique-nique de la famille Borel (probablement)

Alfred Borel s’est approché en 1867 du peintre italien, Antonio Valentino, pour transformer la « Galerie bernoise » de son oncle Antoine en une magnifique Galerie aux quatre peintres et aux quatre saisons.

Cet endroit très lumineux avait été conçu par l’architecte Rychner. Antonio Valentino y apporte une touche italienne, faites de fonds ocre, de faux marbres et d’un trompe-l’œil au plafond. Il fait appel à Rinaldo Marocco, de Milan, pour peindre les dix médaillons des parois où figurent des bouquets de fleurs, des oiseaux, des animaux au milieu de motifs champêtres. En 1875, Arnold Jenny, peintre bâlois, réalise la frise courant tout autour de la pièce et qui évoque des paysages au fil des quatre saisons. Alfred Borel fait encore appel à un ami d’enfance, le peintre Auguste Bachelin pour réaliser quatre portraits en médaillons de quatre générations de Dames Borel. Il y a correspondance de saison entre les panneaux de Jenny et chacune des têtes de Bachelin qu’ils encadrent : l’hiver, Marie-Marguerite Payot (femme de l’ancêtre Antoine), l’automne, Sophie Perrin (femme d’Auguste, le père d’Alfred), l’été, Marie Helbing (femme d’Alfred), le printemps, Anna (leur fille).

Le peintre Auguste Bachelin a réalisé 4 médaillons bleu monochrome rehaussé de blanc, représentant les 4 saisons via les portraits des dames de 4 générations de la famille Borel. Ici, il s’agit de Marie Helbing, femme d’Alfred, symbolisant l’été.

Le peintre Auguste Bachelin a réalisé 4 médaillons bleu monochrome rehaussé de blanc, représentant les 4 saisons via les portraits des dames de 4 générations de la famille Borel. Ici, il s’agit de Marie Helbing, femme d’Alfred, symbolisant l’été.

Vue des fenêtres largement ouvertes sur le lac, avec découpe néo-gothique trilobée. Immédiatement, le visiteur inondé de lumière ne peut que ressentir le charme de cette galerie bernoise conçue par l’architecte Rychner

Vue des fenêtres largement ouvertes sur le lac, avec découpe néo-gothique trilobée. Immédiatement, le visiteur inondé de lumière ne peut que ressentir le charme de cette galerie bernoise conçue par l’architecte Rychner

Le plafond, signé par le peintre-décorateur Valentino, s’orne d’un immense hublot ouvert sur un ciel bleu. Les 4 angles présentent des motifs symbolisant la chasse, la vendange, la moisson et la pêche.

Le plafond, signé par le peintre-décorateur Valentino, s’orne d’un immense hublot ouvert sur un ciel bleu. Les 4 angles présentent des motifs symbolisant la chasse, la vendange, la moisson et la pêche.

Nos deux orateurs de la soirée, Jacques Bujard et Claudine Cordey, que nous remercions encore chaleureusement.

Nos deux orateurs de la soirée, Jacques Bujard et Claudine Cordey, que nous remercions encore chaleureusement.

View Event →
Oct
18
6:30 PM18:30

Visite de "Rêves en trois temps", patrimoine horloger exceptionnel

Visite guidée de l'exposition "Rêves en trois temps", pièces rénovées grâce à l'association Automates et Merveilles

"Rêves en trois temps" est une exposition commune aux musées du Locle (Château des Monts), de la Chaux-de-Fonds (Musée international de l'horlogerie) et de Neuchâtel (MahN). Chacun a mis à disposition des autres son savoir-faire pour la restauration de trois œuvres majeures de leurs collections :
- la pendule à oiseau chantant de Pierre Jaquet-Droz du Musée d’horlogerie du Locle, Château des Monts (MHL)
- le planétaire de François Ducommun du Musée international d’horlogerie de La Chaux-de-Fonds (MIH)
- la pendule astronomique d’Albert Billeter du Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (MahN)

Ces extraordinaires pièces sont exposées ensemble au public :
du 21 avril au 17 juin 2018, au Locle
du 26 juin au 26 août 2018 à La Chaux-de-Fonds
du 4 septembre au 28 octobre 2018 au MahN
puis, dès novembre 2018, chacune regagnera "son" musée.

Détail du planétaire de Francis Ducommun

Détail du planétaire de Francis Ducommun

Cadrans de la pendule astronomique d'Alex Billeter

Cadrans de la pendule astronomique d'Alex Billeter

Pendule à oiseau chantant de Pierre Jaquet-Droz

Pendule à oiseau chantant de Pierre Jaquet-Droz

View Event →
Sep
25
6:30 PM18:30

Visite privée de l'atelier du peintre Louis de Meuron

« Visite-privilège », privée, de l’atelier de l’artiste Louis de Meuron, à Marin, resté intact dans la propriété de la famille. Pamela Corvalan, commissaire scientifique de l’exposition “Louis de Meuron, Impression d’Eden”, commentait ce lieu qu’elle connaît très bien.

 Cette visite était destinée exclusivement aux membres d’ARTHIS et aux prêteurs de l’exposition tenue du 24 juin au 26 août 2018 au MahN.

Deux autoportraits du peintre, posés à côté de ses pinceaux et de sa palette, le tiroir du meuble spécialement conçu par Louis de Meuron recelant ses couleurs.

Deux autoportraits du peintre, posés à côté de ses pinceaux et de sa palette, le tiroir du meuble spécialement conçu par Louis de Meuron recelant ses couleurs.

Louis de Meuron est né le 28 juin 1868 à La Sagne. Son père, Frédéric Henri était pasteur. Initié au dessin par Fritz Ulysse Landry et Auguste Bachelin, Louis a étudié à Paris (1887-1895) avant de s'installer à Marin au bord du lac, au “Somerouse” (“maison d’été”). La grille du N° 7 de la rue Louis-de-Meuron s’ouvre sur un éden de magnifiques demeures entourées d’un parc arborisé et de jardins splendides. Le temps s’y arrête. Au centre d’un alignement de belles façades se trouve l’atelier, à l’étage. Dès qu’il y pénètre, le visiteur est enveloppé d’un sentiment de douceur et d’émotion. Les membres d’ARTHIS ont eu le privilège de vivre ce moment grâce à l’hospitalité de Jean-Léonard de Meuron, arrière-petit-fils de Louis.

Les lieux semblent n’avoir pas changé depuis le décès de l’artiste le 30 juillet 1949, et ils sont encore habités de sa présence bienveillante. Un ensemble de tableaux et de dessins orne les murs, est posé sur des chevalets ou à même le sol, sans ordre chronologique ou chromatique. Une vaste verrière zénithale et une grande fenêtre orientée au Nord laissent entrer une lumière claire et uniforme qui illumine la pièce de 10 mètres cube. Ces sources de lumière permettent une sublimation des couleurs, que l’on perçoit d’une extrême transparence ; les tableaux deviennent profondément vivants. L’atelier était chauffé par un poële et une cheminée. Cette dernière, faite sur mesure, porte la date de 1898, année des 30 ans de Louis de Meuron, mais surtout son mariage avec Léonie de Pourtalès et leur établissement dans la propriété du “Somerouse”. En haut des colonnes de calcaire qui l’encadrent, des petits panneaux en bois portent les blasons des familles de Meuron (à gauche) et de Pourtalès (à droite).

Le lieu est calme, serein. Pourtant, il était extrêmement vivant lorsque Louis de Meuron y fumait son cigare en peignant ou y recevait ses clients autour de la table. Les enfants y étaient bienvenus, comme plusieurs jouets en bois en attestent. Amis, proches ou famille avaient la liberté de le traverser ; en effet, des portes de part et d’autre permettent de rejoindre les maisons attenantes. L’atelier se prolonge par une ravissante alcôve boisée, intime, dans laquelle s’ouvre une fenêtre offrant une vue exceptionnelle sur le jardin et le lac. La lumière du soir joue dans les roseaux et se reflète dans les vaguelettes en milliers de petites touches pastel qui ont tant inspiré Louis de Meuron.

Notre guide Pamela Corvalan construit avec grande délicatesse les scènes d’un film imaginaire dans lequel nous voyons Louis de Meuron évoluer en blouse claire. Facétieux, Jean-Léonard de Meuron s’amuse de la forte ressemblance qui le lie avec son arrière-grand-papa et raconte que l’atelier vit toujours au rythme des fêtes de fin d’année, à l’occasion desquelles jusqu’à 30 ou même 40 membres de la famille se retrouvent.

Marqué notamment par Cézanne et Renoir, Louis de Meuron s'est spécialisé dans les portraits d'enfants et les paysages. Il a bénéficié du soutien de Willy Russ et des frères Oskar et Werner Reinhart. Il a été membre de la Commission fédérale des beaux-arts (1928-1932) et privat-docent d'histoire de l'art à l'université de Neuchâtel (1925-1930).

View Event →
Sep
9
7:30 AM07:30

Voyage culturel : émotions au gré de la Côte vaudoise

Cette année, nous avons décidé d'organiser notre voyage culturel plus tôt dans l'année afin de pouvoir profiter des belles journées de l'arrière-automne et d'une luminosité plus longue. Le voyage se fera donc en septembre.

Pour rappel : le voyage coûte en principe CHF 100.- pour les membres et CHF 120.- pour les non-membres.

Le programme de la journée doit encore être affiné dans ses détails. Toutefois, nous pouvons d'ores et déjà vous annoncer que nous irons au Musée national de Prangins visiter l'exposition "Indiennes - un tissus révolutionne le monde", en résonance avec celle que le MahN prépare de son côté pour début octobre, ainsi que l'exposition "Noblesse oblige". La très sympathique et riche exposition "Le clou de l'exposition (et vice versa)" du Musée romain de Vidy sera une autre étape incontournable de ce voyage. Nous nous réjouissons également de vous faire découvrir la campagne viticole et en particulier le petit village de Luins riche en surprises, et les magnifiques statues contemporaines du parc du château de Vullierens. Réjouissances et émotions garanties.

Les indiennes, tissus aux motifs souvent floraux, ont été prisées dans l’habillement et l’ameublement, et ont aussi servi de monnaie d’échange dans le commerce triangulaire et la traite des esclaves. L'exposition aborde tous ces thèmes.

Les indiennes, tissus aux motifs souvent floraux, ont été prisées dans l’habillement et l’ameublement, et ont aussi servi de monnaie d’échange dans le commerce triangulaire et la traite des esclaves. L'exposition aborde tous ces thèmes.

Le Musée national Suisse de Prangins présente une riche collections d'indiennes suisses et étrangères (françaises notamment) lors de son exposition consacrée à ce tissu si intéressant.

Le Musée national Suisse de Prangins présente une riche collections d'indiennes suisses et étrangères (françaises notamment) lors de son exposition consacrée à ce tissu si intéressant.

La salle à manger du Château de Prangins, reconstituée telle qu'elle se présentait au 18e siècle dans l'exposition "Noblesse oblige"

La salle à manger du Château de Prangins, reconstituée telle qu'elle se présentait au 18e siècle dans l'exposition "Noblesse oblige"

Noblesse oblige toujours : un salon au décor somptueux

Noblesse oblige toujours : un salon au décor somptueux

Le pressoir du Château de Luins, où nous dégusterons des vins et spécialités de la région

Le pressoir du Château de Luins, où nous dégusterons des vins et spécialités de la région

Le marronnier tricentenaire sous lequel nous sera servi le repas de midi (si la météo le permet - espérons-le !)

Le marronnier tricentenaire sous lequel nous sera servi le repas de midi (si la météo le permet - espérons-le !)

Le clou dévoile son histoire, son utilisation ou sa morphologie avec originalité et humour dans cette passionnante exposition au Musée romain de Vidy. Son directeur Laurent Flutsch accueillera les membres d'ARTHIS.

Le clou dévoile son histoire, son utilisation ou sa morphologie avec originalité et humour dans cette passionnante exposition au Musée romain de Vidy.
Son directeur Laurent Flutsch accueillera les membres d'ARTHIS.

Façade du musée romain de Vidy, annonçant l'exposition qui nous intéressera

Façade du musée romain de Vidy, annonçant l'exposition qui nous intéressera

L'exposition interroge de nombreux thèmes, à l'instar de la représentation de l'enfant Jésus tenant des oeillets rouges à la main...

L'exposition interroge de nombreux thèmes, à l'instar de la représentation de l'enfant Jésus tenant des oeillets rouges à la main...

L'humour n'a pas été oublié, une salle étant consacrée à des dessins relatifs aux clous

L'humour n'a pas été oublié, une salle étant consacrée à des dessins relatifs aux clous

Plonk et Replonk sont aussi passés par Vidy...

Plonk et Replonk sont aussi passés par Vidy...

Les organisatrices du voyage Mélanie Bianchi et Julie Rieder s'amusent à Vullierens, sous un "pont - palais des glaces", l'une des nombreuses œuvres que l'on pourra admirer. Une vingtaine d'artistes sont ainsi exposés à l'extérieur, toujours avec des pièces monumentales magnifiques.

Les organisatrices du voyage Mélanie Bianchi et Julie Rieder s'amusent à Vullierens, sous un "pont - palais des glaces", l'une des nombreuses œuvres que l'on pourra admirer. Une vingtaine d'artistes sont ainsi exposés à l'extérieur, toujours avec des pièces monumentales magnifiques.

Installation de 16 «pierres » en acier inoxydable dont certains, empilés, culmineront à 4,5 mètres de hauteur ; elle est l'oeuvre du Belge Pol Quadens.

Installation de 16 «pierres » en acier inoxydable dont certains, empilés, culmineront à 4,5 mètres de hauteur ; elle est l'oeuvre du Belge Pol Quadens.

Mother and Child , une très belle oeuvre de Manuel Carbonell, un sculpteur cubain né à Cuba en 1918, décédé en Floride en 2011, à 93 ans.

Mother and Child, une très belle oeuvre de Manuel Carbonell, un sculpteur cubain né à Cuba en 1918, décédé en Floride en 2011, à 93 ans.

Une magnifique roue en branchages de Urs Twellmann, au détour d'une ballade dans les jardins du Château de Vullierens

Une magnifique roue en branchages de Urs Twellmann, au détour d'une ballade dans les jardins du Château de Vullierens

Big Bang  d'Etienne Krähenbühl, une impressionnante oeuvre qui se meut musicalement au gré du vent dans les jardins du Château de Vullierens

Big Bang d'Etienne Krähenbühl, une impressionnante oeuvre qui se meut musicalement au gré du vent dans les jardins du Château de Vullierens

View Event →
Jun
28
6:30 PM18:30

Visite de l'exposition "Louis de Meuron, Impression d'Eden"

Visite guidée de l'exposition d'été "Louis de Meuron, Impression d'Eden" en compagnie de Pamela Corvalan, commissaire de l’exposition

Pamela Corvalan, commissaire de l'exposition, devant une très belle photo de Louis de Meuron dans son atelier. Cet espace est propice au peintre pour élaborer et affiner son style, créant un univers paradisiaque issu des impressions, paysages ou personnes l'entourant.

Pamela Corvalan, commissaire de l'exposition, devant une très belle photo de Louis de Meuron dans son atelier. Cet espace est propice au peintre pour élaborer et affiner son style, créant un univers paradisiaque issu des impressions, paysages ou personnes l'entourant.

L'exposition "Louis de Meuron. Impression d'Eden" marque le 150ème anniversaire de la naissance du peintre. Méconnu, oublié, cet artiste initié par Auguste Bachelin et Fritz Landry a pourtant profondément marqué la peinture de son empreinte. Deux grands mécènes et collectionneurs d'art suisses, Oskar Reinhart et Willy Russ, ne s'y sont pas trompés et ont activement soutenu le travail de Louis de Meuron.

Lac de Neuchâtel , 1916, huile sur toile. Louis de Meuron a souvent peint "son" lac, à l'instar de cette toile dont les tons rosés emmènent le spectateur dans un monde paradisiaque. Un tel tableau est emblématique de l'artiste par ses couleurs, la technique et le sujet.

Lac de Neuchâtel, 1916, huile sur toile. Louis de Meuron a souvent peint "son" lac, à l'instar de cette toile dont les tons rosés emmènent le spectateur dans un monde paradisiaque. Un tel tableau est emblématique de l'artiste par ses couleurs, la technique et le sujet.

Formé à Paris, Louis de Meuron a été un peintre particulièrement productif, exposant très régulièrement en Suisse et à l'étranger. La lumière du Sud de la France l'a fortement influencé, au point de s'établir en été à Sanary-sur-Mer à partir des années 1920.

Les membres d'ARTHIS écoutent Pamela Corvalan expliquer les corrélations entre le travail de Louis de Meuron et ceux de Cuno Amiet et Aimé Barraud.

Les membres d'ARTHIS écoutent Pamela Corvalan expliquer les corrélations entre le travail de Louis de Meuron et ceux de Cuno Amiet et Aimé Barraud.

Distant face aux drames qui secouent l'Europe et la Suisse pendant la période d'Entre-Deux-Guerres, imperméable aux nouveaux mouvements picturaux modernes qui marquent la scène artistique de cette époque, Louis de Meuron continue de mettre en scène des sujets poétiques, oscillant entre impressionnisme, fauvisme et symbolisme. Grand coloriste, il a banni le noir de ses tableaux.

L'enfant , 1904-1905, Tempera sur Eternit. Il s'agit de Solange, le 3ème enfant de Louis de Meuron sur une fraterie de 7. Le peintre représentait très volontiers les membres de sa famille. Dans ce cas précis, outre Solange bébé au premier plan, on reconnait Etienne et Monique (également enfants de Louis de Meuron) dans le tableau du 2ème plan, ainsi que le peintre et son épouse au piano au 3ème plan.

L'enfant, 1904-1905, Tempera sur Eternit. Il s'agit de Solange, le 3ème enfant de Louis de Meuron sur une fraterie de 7. Le peintre représentait très volontiers les membres de sa famille. Dans ce cas précis, outre Solange bébé au premier plan, on reconnait Etienne et Monique (également enfants de Louis de Meuron) dans le tableau du 2ème plan, ainsi que le peintre et son épouse au piano au 3ème plan.

Un public vraiment conquis

Un public vraiment conquis

P1060739.JPG
Les chaleureux remerciements de notre présidente Anne Gueissaz à Pamela Corvalan à l'issue de la visite guidée

Les chaleureux remerciements de notre présidente Anne Gueissaz à Pamela Corvalan à l'issue de la visite guidée

Et comme toujours, la soirée s'est terminée autour du verre de l'amitié

Et comme toujours, la soirée s'est terminée autour du verre de l'amitié

View Event →
May
12
to May 13

Nuit des musées et journée internationale des musées

Traditionnelles Nuit des musées et Journée internationale des musées, à l'occasion de laquelle ARTHIS permet aux visiteurs de se restaurer et de boire des boissons chaudes ou froides.

L'équipe du MahN et d'ARTHIS lève haut son chapeau devant l'organisation hors pair d'Isabella Liggi, conservatrice-assistante du cabinet de numismatique, et se réjouit d'accueillir les premiers visiteurs de la Nuit des musées

L'équipe du MahN et d'ARTHIS lève haut son chapeau devant l'organisation hors pair d'Isabella Liggi, conservatrice-assistante du cabinet de numismatique, et se réjouit d'accueillir les premiers visiteurs de la Nuit des musées

Chantal Lafontant Vallotton et Julie Rieder

Chantal Lafontant Vallotton et Julie Rieder

Julie et Martine aux commandes du stand d'ARTHIS

Julie et Martine aux commandes du stand d'ARTHIS

Comme chaque année, la Nuit et la Journée des musées ont invité le public à découvrir gratuitement les expositions d'une vingtaine de musées du canton de Neuchâtel, et à participer aux nombreuses animations mises en place spécialement pour l'occasion. Ce riche programme ravit tous les âges en proposant de découvrir ou de redécouvrir le patrimoine de la région dans une ambiance particulière. Cette année, quelques 10'000 personnes ont profité de cette opportunité formidable, dont environ 1'070 au MahN et aux Galeries de l'histoire.

Le comité d'ARTHIS -  en l'occurrence Julie, Martine et Mélanie - s'est réjoui d'accueillir le public à son stand de restauration / boissons dès 18h, au premier étage du musée dans le grand hall.

Carte menu NdM 2018.jpg

Samedi soir, dès 18h, le MahN a proposé notamment des visites guidées de l'exposition "Valérie Favre", des démonstration des automates, une oeuvre collective formée de nos baisers dédicacés autour de Fashion (médaille de Joao Duarte), des spectacles de danse et des projections de films.

Eifo Efi, spectacle de danse par Ioannis Mandafounis et Fabrice Mazliah (Association Danse Neuchâtel ADN et Hiver de Danses)

Eifo Efi, spectacle de danse par Ioannis Mandafounis et Fabrice Mazliah (Association Danse Neuchâtel ADN et Hiver de Danses)

Oeuvre collective  Embrassez qui vous voulez , formée de nos baisers dédicacés de manière plus ou moins intime...

Oeuvre collective Embrassez qui vous voulez, formée de nos baisers dédicacés de manière plus ou moins intime...

Le 13 mai aux Galeries de l'histoire : visite des maquettes historiques de la Ville de Neuchâtel

Le 13 mai aux Galeries de l'histoire : visite des maquettes historiques de la Ville de Neuchâtel

Programme du MahN pour la nuit des musées 2018, ainsi que pour la journée du lendemain

Programme du MahN pour la nuit des musées 2018, ainsi que pour la journée du lendemain

Nuit des musées 2018.JPG
View Event →
Apr
24
6:30 PM18:30

Visite du dépôt des arts plastiques du MahN

Visite du dépôt des arts plastiques du musée, en compagnie de Lucie Girardin-Cestone et de Nicole Quellet Soguel, assistantes conservatrices du département des arts plastiques, complétée par une conférence sur la problématique des dépôts de Chantal Lafontant Vallotton, conservatrice du département historique et co-directrice du MahN.

Parmi les trésors actuellement conservés dans le sous-sol du MahN se trouve cette "paroi" de tableaux de Léopold Robert

Parmi les trésors actuellement conservés dans le sous-sol du MahN se trouve cette "paroi" de tableaux de Léopold Robert

Les membres d’ARTHIS ont été conviés à une soirée particulièrement intéressante, et ce d’autant plus que les collections du musée ne sont pas accessibles au grand public. En raison du nombre de participants, 3 groupes ont dû être constitués :

1. Lucie Girardin, assistante-conservatrice du département des arts plastiques, a montré la collection de dessins et estampes
2. Nicole Quellet, assistante-conservatrice du département des arts plastiques, a mené les membres au travers de la collection de peintures (et quelques sculptures)
3. Chantal Lafontant Vallotton, conservatrice du département historique et co-directrice du MahN, a exposé la problématique du dépôt des œuvres

Notre présidente Anne Gueissaz souhaite la bienvenue aux membres

Notre présidente Anne Gueissaz souhaite la bienvenue aux membres

L'origine de la collection remonte à 1816, grâce à deux premiers dons de peintures – vues de Rome, ancienne et moderne – à la Ville de Neuchâtel de la part de Maximilien de Meuron. En parallèle, la collection s’est vite enrichie de dessins, notamment relatifs à la construction du bâtiment abritant le musée. Quant à la collection des estampes, elle a aussi été initiée dans la première moitié du 19e siècle, suivant de quelques décennies la création de la collection de peintures et de sculptures dont les premières acquisitions remontent aux années 1840.

Maximilien de Meuron a aussi fondé en 1842 la Société des Amis des Arts de Neuchâtel, qui aujourd’hui encore joue un rôle majeur dans l'accroissement de la collection. Le musée reçoit également régulièrement des œuvres de la part de particuliers (donations, legs et dépôts), soutenant des acquisitions relevant de la compétence des conservateurs.

Ainsi, à ce jour, le département des arts plastiques MahN recèle dans ses dépôts quelques 2'600 tableaux, 500 sculptures et autres objets, 5'000 dessins et… 22'000 estampes ! Ce sont des œuvres anciennes et modernes, régionales, nationales et internationales.

Lucie Girardin-Cestone a le plaisir de montrer quelque-uns de ses coups de coeur aux membres d'ARTHIS, des oeuvres rarement exposées

Lucie Girardin-Cestone a le plaisir de montrer quelque-uns de ses coups de coeur aux membres d'ARTHIS, des oeuvres rarement exposées

P1060515.JPG
P1060520.JPG
Nicole Quellet Soguel présente à son tour quelques œuvres particulièrement belles ou intéressantes à ses yeux

Nicole Quellet Soguel présente à son tour quelques œuvres particulièrement belles ou intéressantes à ses yeux

P1060542.JPG
P1060552.JPG
P1060566.JPG
Sculpture en chocolat noir de l' "artiste" confiseur Céline Schluppi

Sculpture en chocolat noir de l' "artiste" confiseur Céline Schluppi

Table de bistrot sur laquelle Ferdinand Hodler avait griffonné ses amis et lui-même, acquise par l'ancien conservateur du MahN Willy Russ Suchard

Table de bistrot sur laquelle Ferdinand Hodler avait griffonné ses amis et lui-même, acquise par l'ancien conservateur du MahN Willy Russ Suchard

De 1816 à 1884, soit avant l'existence du bâtiment du musée, la collection a été logée successivement à l'Hôtel de Ville, au Collège latin (1840), au Collège des Terreaux (1856) et finalement à l'Hôtel DuPeyrou (1860). Aujourd’hui, le MahN gère un ensemble d’environ 150'000 objets (tous départements confondus), entreposés pour partie dans les caves du musée – occupant une surface de 888 m2 – et dans des dépôts externes – 1'135 m2 - dont la location est coûteuse.

Chantal Lafontant Vallotton explique la problématique de la conservation des oeuvres au MahN, qui n'a pas été construit pour les y entreposer, préoccupation récurrente au fil des décennies et des conservateurs

Chantal Lafontant Vallotton explique la problématique de la conservation des oeuvres au MahN, qui n'a pas été construit pour les y entreposer, préoccupation récurrente au fil des décennies et des conservateurs

Le code de déontologie de l’ICOM (Conseil International des Musées) stipule que « les membres de la profession muséale sont tenus de créer et de maintenir un environnement protecteur pour les collections dont ils ont la garde, qu’elles soient stockées, exposées ou en transit ». Or, avoue Chantal Lafontant Vallotton, cette exigence n’est que partiellement remplie par le MahN, à commencer par le fait que le bâtiment ne peut pas offrir des conditions hygrothermiques satisfaisantes. Par ailleurs, en raison d’un manque chronique de place, les œuvres sont souvent entassées. En outre, les conditions de travail dans ces sous-sols froids, humides et obscurs, ne répondent pas au respect des normes légales modernes.

Lucie Girardin-Cestone explique comment sont conservés les "grands formats"

Lucie Girardin-Cestone explique comment sont conservés les "grands formats"

P1060505.JPG
A l'instar de celui de sa collègue, le bureau de Lucie Girardin-Cestone n'a pas de fenêtre

A l'instar de celui de sa collègue, le bureau de Lucie Girardin-Cestone n'a pas de fenêtre

Il convient de préciser que le MahN n’a pas été conçu pour y abriter le dépôt de collections !
En effet, les objets étaient initialement tous exposés, créant au fil des années et des apports un extraordinaire capharnaüm dans les salles d’exposition. Les conditions dans les caves étant déjà jugées insuffisantes à l’époque, les conservateurs d’alors préféraient utiliser le moindre espace libre d’un mur ou d’une vitrine. Au vu du nombre d’objets et du besoin d’une muséographie moderne thématique et percutante, ils ont toutefois dû envisager d’occuper cet espace du sous-sol, mais à leur corps défendant comme en témoignent les rapports d’autrefois.

Les tableaux de formats petit et moyen sont entreposés sur de grandes parois grillagées sur rails, que l'on peut tirer. Ils sont classés majoritairement par ordre alphabétique, sauf les dernières acquisitions car il n'est plus possible d’insérer des œuvres sur ces parois. Les tableaux de grand format sont pour la plupart contraints de rester en exposition.

Les tableaux de formats petit et moyen sont entreposés sur de grandes parois grillagées sur rails, que l'on peut tirer. Ils sont classés majoritairement par ordre alphabétique, sauf les dernières acquisitions car il n'est plus possible d’insérer des œuvres sur ces parois.
Les tableaux de grand format sont pour la plupart contraints de rester en exposition.

Bustes et autres sculptures, entassés dans un angle mort du sous-sol

Bustes et autres sculptures, entassés dans un angle mort du sous-sol

D'autres sculptures ou installations sont posées dans divers endroits, avec le risque de les abîmer

D'autres sculptures ou installations sont posées dans divers endroits, avec le risque de les abîmer

Les autres institutions de la Ville connaissent des difficultés similaires à celles du MahN. Aussi, une réflexion politique est-elle en cours pour trouver une solution à cette problématique. L’idéal serait un centre de conservation commun, construit dans le respect des normes. Il offrirait un espace de travail adéquat pour la mise en valeur de ces fonds d’exception et pour leur conservation sur le long terme (plusieurs générations). L’avenir nous en dira davantage.

Comme le veut la tradition, la soirée s'est terminée autour du verre de l'amitié

Comme le veut la tradition, la soirée s'est terminée autour du verre de l'amitié

View Event →
Mar
8
6:30 PM18:30

Assemblée générale, suivie d'une conférence du dendrochronologue Patrick Gassmann "Les secrets du bois de résonance des luthiers"

Assemblée générale, suivie d'une conférence de Patrick Gassmann, dendrochronologue : "Les secrets du bois de résonance des luthiers"

Patrick Gassmann a étudié la provenance et le parcours des épicéas ayant servi à la fabrication de la table de résonance des instruments du quatuor : violon, alto, violoncelle et contrebasse (notamment des 17ème et 18ème siècles).

Anne Gueissaz, nouvelle présidente d'ARTHIS, fleurie à l'occasion de son élection

Anne Gueissaz, nouvelle présidente d'ARTHIS, fleurie à l'occasion de son élection

Philippe Du Pasquier a présidé la première partie de l'assemblée, avant de laisser la parole à la nouvelle présidente.

Philippe Du Pasquier a présidé la première partie de l'assemblée, avant de laisser la parole à la nouvelle présidente.

L'assemblée, nombreuse, très attentive lors de la conférence de Patrick Gassmann

L'assemblée, nombreuse, très attentive lors de la conférence de Patrick Gassmann

Le temps des questions

Le temps des questions

Dans son laboratoire, Patrick Gassmann possède une table spéciale lui permettant d'analyser les cernes des bois avec une précision extrême

Dans son laboratoire, Patrick Gassmann possède une table spéciale lui permettant d'analyser les cernes des bois avec une précision extrême

Patrick Gassmann travaillant sur un violon

Patrick Gassmann travaillant sur un violon

View Event →
Feb
8
6:30 PM18:30

Inauguration de la borne interactive de la cage d'escalier

Inauguration de la borne interactive qu’ARTHIS a offert au MahN à l’occasion de son 20ème anniversaire, et visite de la cage d’escalier sous la conduite de Nicole Quellet-Soguel, assistante-conservatrice du département des arts plastiques

Chantal Lafontant Vallotton, co-directrice du MahN et Philippe Du Pasquier, président d'ARTHIS, devant la borne tactile interactive qu'ARTHIS offre au musée

Chantal Lafontant Vallotton, co-directrice du MahN et Philippe Du Pasquier, président d'ARTHIS, devant la borne tactile interactive qu'ARTHIS offre au musée

décor Clément Heaton.jpg

Les végétaux et les fleurs de style "Art nouveau" occupent une large place dans le décor de la cage d'escalier du MahN. Le peintre Léo-Paul Robert et le verrier Clement Heaton déclinent volontiers la vigne, les feuillus, les fruits et les fleurs de plaine, encadrant des peintures monumentales d'inspiration spirituelle et locale.

Soubassement en cuivre repoussé

Soubassement en cuivre repoussé

Bas-relief en bronze "Jeune fille se parant pour la fête»"

Bas-relief en bronze "Jeune fille se parant pour la fête»"

Bas-relief en bronze "Jeune fille de Sion décrochant sa harpe pour la fête"

Bas-relief en bronze "Jeune fille de Sion décrochant sa harpe pour la fête"

Vitrail triptique "Danse de jeunes filles"

Vitrail triptique "Danse de jeunes filles"

Détail du vitrail ci-dessus

Détail du vitrail ci-dessus

Panneaux en cloisonné Heaton

Panneaux en cloisonné Heaton

Pilastres recouverts de cloisonné Heaton

Pilastres recouverts de cloisonné Heaton

Haut-relief en plâtre "Ange"

Haut-relief en plâtre "Ange"

Revêtement en plâtre coloré, papier repoussé et semis d'étoiles en faïence

Revêtement en plâtre coloré, papier repoussé et semis d'étoiles en faïence

View Event →
Jan
23
6:30 PM18:30

Visite extramuros de l'exposition "L'impermanence des choses" au Musée d'ethnographie de Neuchâtel rénové

Visite de la nouvelle exposition permanente du MEN, l'"impermanence des choses", en compagnie de MM. Grégoire Mayor et de Yann Laville, qui prendront ensemble la direction de l'institution le 2 mai 2018. Le directeur sortant, Marc-Olivier Gonseth, n'a pas manqué d'accueillir les 56 membres avant de laisser la parole à ses collègues.

Magnifique cage d'escalier, ornée d'une cascade lumineuse d'étiquettes

Magnifique cage d'escalier, ornée d'une cascade lumineuse d'étiquettes

Le MEN a rouvert ses portes le 25 novembre après une rénovation complète de la villa et une recherche approfondie de muséographie pour la présentation des objets. Les bureaux du personnel administratif ont déménagé dans les combles, permettant ainsi d'attribuer la totalité des «étages nobles» à cette nouvelle exposition de référence.

Marc-Olivier Gonseth, conservateur-directeur, souhaite la bienvenue aux membres d'ARTHIS

Marc-Olivier Gonseth, conservateur-directeur, souhaite la bienvenue aux membres d'ARTHIS

James de Pury a construit cette riche demeure sur la colline de Saint-Nicolas en 1871-1872, après avoir fait fortune dans le commerce de tabac au Brésil. Des drames familiaux ont émaillé sa vie (perte de sa fille unique encore adolescente, puis de sa jeune épouse), si bien qu'il est décédé en 1902 sans descendance directe. Pour cette raison, il a légué son bien à la Ville afin d'y créer un musée. Remarquable, la maison comporte une très grande richesse de styles, de matériaux et de couleurs, et constitue donc déjà en soi un catalogue historique et stylistique. Le magnifique travail de restauration a permis de redécouvrir des décors auparavant cachés et en mauvais état. La cage d'escalier à elle seule mérite le détour ; elle est en outre mise en valeur par une splendide installation faisant voler de petites étiquettes symbolisant le travail de bénédictin de l'équipe chargée de l'inventaire des collections.

La passionnante collection de poids, forte de 1000 pièces, occupe toute une paroi à côté de l'espace des plumes

La passionnante collection de poids, forte de 1000 pièces, occupe toute une paroi à côté de l'espace des plumes

L'exposition cherche à nous interroger sur l'impermanence, c'est-à-dire sur ce mouvement perpétuel de notre environnement, quand bien même nous avons parfois l'impression qu'il reste figé. On rappelle ici combien les êtres humains et les biens matériels qu'ils échangent ne cessent de se transformer, tout comme le regard porté sur eux.

Les coiffes de Papouasie - Nouvelle Guinée sont présentées dans l'espace Plumes, en regard à nos cabarets occidentaux

Les coiffes de Papouasie - Nouvelle Guinée sont présentées dans l'espace Plumes, en regard à nos cabarets occidentaux

csm_Plumes_general_b83ff747e1.jpg
P1060361.JPG

"L'impermanence des choses" se compose de neuf espaces modulaires disséminés dans la Villa comme autant de tableaux poétiques. Ce sont notamment les espaces Au-delà, Plumes, Ambassades, Bazar, Artistes, Regards. Chacun présente des pièces significatives des collections anciennes et récentes ; mises en abîmes, esthétisation et réflexion critique enveloppent le visiteur.

La momie du MEN, dans l'espace Au-delà, occupe une petite salle qu'elle partage avec d'autres icônes représentant les chimères de notre existence

La momie du MEN, dans l'espace Au-delà, occupe une petite salle qu'elle partage avec d'autres icônes représentant les chimères de notre existence

L'espace Ambassades présente les cadeaux officiels, parfois d'un goût... original à l'instar de ces poupées

L'espace Ambassades présente les cadeaux officiels, parfois d'un goût... original à l'instar de ces poupées

Dans le secteur Bazar se trouvent des vitrines très originales et racontant chacune une histoire de l'ethnologie. Ici, du mobilier funéraire egyptien.

Dans le secteur Bazar se trouvent des vitrines très originales et racontant chacune une histoire de l'ethnologie. Ici, du mobilier funéraire egyptien.

Une autre vitrine de l'espace Bazar, résultat (partiel) du travail d'un étudiant sur l'iconographie religieuse italienne

Une autre vitrine de l'espace Bazar, résultat (partiel) du travail d'un étudiant sur l'iconographie religieuse italienne

Enseignes de coiffeurs, très originales et humoristiques, dans l'espace Artistes

Enseignes de coiffeurs, très originales et humoristiques, dans l'espace Artistes

Présentation de Pulp, dans l'espace Artistes

Présentation de Pulp, dans l'espace Artistes

1h40 de visite, c'est dire la richesse de cette nouvelle présentation. Un grand merci à Grégoire Mayor et Yann Laville !

1h40 de visite, c'est dire la richesse de cette nouvelle présentation. Un grand merci à Grégoire Mayor et Yann Laville !

View Event →
Dec
13
6:30 PM18:30

Soirée en l’honneur des donateurs

Soirée en l’honneur des donateurs, avec buffet spécial pour les 20 d’Arthis. Ont pris la parole pour présenter les dons majeurs de l'année 2016 :

- Département des arts plastiques : les assistantes-conservatrices Nicole Quellet-Soguel et Lucie Girardin-Cestone (la conservatrice Antonia Nessi étant en congé maternité)
- Département des arts appliqués : le conservateur Philippe Lüscher et son assistante Lisa Laurenti
- Cabinet de numismatique : le conservateur Gilles Perret et son assistante Isabella Liggi
- Département historique : la conservatrice Chantal Lafontant Vallotton et son assistant Vincent Callet-Molin

Décor des tables, admirable d'imagination et de finesse, comme l'ont relevé les invités

Décor des tables, admirable d'imagination et de finesse, comme l'ont relevé les invités

Déco2.JPG
Préparation de la grande table

Préparation de la grande table

Table 1.jpg
Notre membre du Conseil Martine Jacot, toute en sourires, a réalisé les décorations et a organisé le buffet commandé à la Confiserie Schmidt de Neuchâtel

Notre membre du Conseil Martine Jacot, toute en sourires, a réalisé les décorations et a organisé le buffet commandé à la Confiserie Schmidt de Neuchâtel

Environ 80 invités ont suivi les explications donnés par les conservateurs et les assistants-conservateurs. Ici, Chantal Lafontant Vallotton souhaite la bienvenue à l'assistance en sa qualité de co-directrice du MahN.

Environ 80 invités ont suivi les explications donnés par les conservateurs et les assistants-conservateurs. Ici, Chantal Lafontant Vallotton souhaite la bienvenue à l'assistance en sa qualité de co-directrice du MahN.

L'un des dons de l'année 2016 : une médaille qui commémore la réalisation de la Grande Dixence, et qui s'inscrit admirablement dans les collections du MahN

L'un des dons de l'année 2016 : une médaille qui commémore la réalisation de la Grande Dixence, et qui s'inscrit admirablement dans les collections du MahN

Cette médaille fait apparaître une splendide perspective, encore accentuée par une patine noire combinée à une forme légèrement concave au centre de la pièce. L’effet est réussi, car on a l’impression d’entrer dans la galerie, laquelle mesure en réalité 18 km… Cette pièce est admirable, car elle permet de mettre en évidence combien la numismatique peut souvent s’apparenter à un grand art. Malgré la petitesse du support - ou justement grâce à elle - l’artiste doit aller au plus simple, au plus parlant. En l’occurrence, le pari est très réussi.

Cette médaille fait apparaître une splendide perspective, encore accentuée par une patine noire combinée à une forme légèrement concave au centre de la pièce. L’effet est réussi, car on a l’impression d’entrer dans la galerie, laquelle mesure en réalité 18 km…
Cette pièce est admirable, car elle permet de mettre en évidence combien la numismatique peut souvent s’apparenter à un grand art. Malgré la petitesse du support - ou justement grâce à elle - l’artiste doit aller au plus simple, au plus parlant. En l’occurrence, le pari est très réussi.

Un autre don majeur, qui a été à la base de l'exposition "Prêt à porter" : une collection d'environ 4'000 sacs en plastique essentiellement neuchâtelois, réalisée pendant au moins 30 ans par l'ancien conservateur des arts plastiques Walter Tschopp

Un autre don majeur, qui a été à la base de l'exposition "Prêt à porter" : une collection d'environ 4'000 sacs en plastique essentiellement neuchâtelois, réalisée pendant au moins 30 ans par l'ancien conservateur des arts plastiques Walter Tschopp

A l'issue de la présentation, le buffet des 20 ans d'ARTHIS a été plébiscité par chacun

A l'issue de la présentation, le buffet des 20 ans d'ARTHIS a été plébiscité par chacun

Le mousseux Mauler "Cru des Bénédictins" a été très apprécié, à l'instar de Jean-Claude, fidèle et généreux membre d'ARTHIS

Le mousseux Mauler "Cru des Bénédictins" a été très apprécié, à l'instar de Jean-Claude, fidèle et généreux membre d'ARTHIS

2017 12 13 soirée des donateurs.jpg
View Event →
Dec
7
5:30 PM17:30

Visite guidée en avant-première de l'exposition "Valérie Favre" en compagnie de l'artiste

Nous avons le plaisir de vous inviter à découvrir en avant-première l'exposition "Valérie Favre, une exposition monographique", en compagnie de l'artiste. Nous nous réjouissons de partager cet événement avec les membres de la SAA (Société des Amis des Arts).

Valérie Favre en pleine explication devant une série d'autoportraits réalisés en 2016 d'après Hugo Ball, Cabaret Voltaire (1916)

Valérie Favre en pleine explication devant une série d'autoportraits réalisés en 2016 d'après Hugo Ball, Cabaret Voltaire (1916)

Avec une grande simplicité, Valérie Favre a présenté "son" exposition à la petite cinquantaine de membres d'ARTHIS et de la SAA, dévoilant aussi bien l'axe de son travail et de son évolution artistique que ses idées scénographiques, osant même aborder dans certains cas des thèmes intimes. Menant le groupe d'une "chambre" à l'autre (c'est ainsi qu'elle a renommé les salles du MahN), elle nous a plongé dans des univers chaque fois très différents et très originaux, mais qui gardent néanmoins une grande cohésion entre eux. Chaque toile est pensée, longuement élaborée sous forme de textes et d'idées mises par écrit, travaillée parfois sur des années, afin que les symboliques, les couleurs et les textures explosent de manière monumentale. On y découvre des robes qui volent, des saltimbanques, des autoportraits très originaux, des cafards, des portions d'univers, des créatures sorties du monde du théâtre ou de la littérature, ou encore la retranscription de "Thomas l'Obscur" de Maurice Blanchot avec une graphie toute en poésie...

Valérie Favre dit d'elle qu'elle n'est pas une bonne dessinatrice (elle laisse cet art à d'autres peintres plus doués qu'elle), mais par contre qu'elle travaille avec ses tripes et qu'elle parvient ainsi à mettre sur toile ses émotions et à les partager. Un partage que les membres ont manifestement tous reçu comme un coup de poing devant la puissance de cette remarquable exposition.

IMG_6838.jpeg
IMG_6856 bis.jpg
IMG_6874.jpeg
Exposition "Valérie Favre. Une exposition monographique", visible au MahN du 10 décembre 2017 au 12 août 2018

Exposition "Valérie Favre. Une exposition monographique", visible au MahN du 10 décembre 2017 au 12 août 2018

View Event →
Nov
5
9:00 AM09:00

Voyage culturel à Soleure

Voyage culturel à Soleure.

Soleure, magnifique ville baroque, dont la variété de ses élégants monuments historiques et de ses fontaines forme un tout cohérent d'une belle harmonie. Ville d'art et d'histoire, Soleure était autrefois le siège de plusieurs ambassades étrangères, dont celle de France. ARTHIS y avait déjà mené ses membres en novembre 2000. Dix-sept ans ont passé, mais la ville reste un bijou intact trop souvent méconnu. Le comité a donc décidé de reproposer cette destination exceptionnelle à ses membres, et s’est approché de Renaud de Montmollin, ancien président d’ARTHIS et fin connaisseur du baroque, pour organiser le voyage et commenter ces belles découvertes au groupe.

Le soleil, hélas, ne s’est pas invité à l’occasion de cette journée du 5 novembre, ce qui n’a pas découragé les 40 participants.

La première étape était une visite de la chapelle de Combes (chapelle Sainte-Anne), qui domine la plaine au-dessus du Landeron depuis le 17ème siècle. Sa construction qui respecte à la perfection le nombre d’or et sa statuaire de grande valeur en font un moment particulièrement intéressant. Hélas, nous avons attendu notre guide en vain, en raison de son décès la veille au soir. C’est donc seulement de l’extérieur que nous avons pu admirer cette ravissante bâtisse.

Chapelle de Combes, construite au 17ème siècle dans le respect du nombre d'or

Chapelle de Combes, construite au 17ème siècle dans le respect du nombre d'or

En raison de l’avance prise sur notre programme suite à ce triste contretemps, nous avons quelque peu modifié notre planning et nous sommes rendus à la chapelle Zu Kreuzen, édifiée en 1643 par la famille soleuroise von Roll, à laquelle elle sert de caveau familial. Dans le chœur se trouve une « chapelle dans la chapelle », dans laquelle on accède en se pliant, et qui  contient une reproduction du tombeau du Christ.

Le site de Kreuzen, un lieu hors du temps

Le site de Kreuzen, un lieu hors du temps

La chapelle von Roll, à Kreuzen, émergeant au détour d'un chemin

La chapelle von Roll, à Kreuzen, émergeant au détour d'un chemin

Les membres écoutent les explications fournies par Renaud de Montmollin

Les membres écoutent les explications fournies par Renaud de Montmollin

L'un des vitraux de la chapelle von Roll de Kreuzen

L'un des vitraux de la chapelle von Roll de Kreuzen

La "chapelle" que l'on peut admirer dans le coeur de la chapelle von Roll est une curiosité dans laquelle on est obligé de pénétrer courbé

La "chapelle" que l'on peut admirer dans le coeur de la chapelle von Roll est une curiosité dans laquelle on est obligé de pénétrer courbé

La réplique du tombeau du Christ, à l'intérieur de la "chapelle miniature" du coeur de la chapelle von Roll

La réplique du tombeau du Christ, à l'intérieur de la "chapelle miniature" du coeur de la chapelle von Roll

La petite descente à pied en direction de Einsiedelei débouche en haut de gorges, dans un vallon enchanteur où ont été construits la maison de l’ermite et deux chapelles baroques : la chapelle Sainte Vérène creusée dans la roche et ouverte sur l'extérieur, et la chapelle Saint Martin. La présence d'un ermite est attestée dans ce lieu dès 1442 ; il loge actuellement dans une maisonnette de 1624.

Site de Einsiedelei, avec la chapelle Sainte-Vérène à gauche et celle de Saint-Martin à droite

Site de Einsiedelei, avec la chapelle Sainte-Vérène à gauche et celle de Saint-Martin à droite

Maison occupée par l'ermite de Einsiedelei

Maison occupée par l'ermite de Einsiedelei

Sainte Vérène avait choisi de se retirer dans le calme de ce lieu et la solitude après la mort des saints patrons de la ville de Soleure, les martyrs Ourse et Victor. Elle est toujours représentée avec une cruche et un peigne, symbole de ses activités charitables auprès des pauvres et des malades ; elle porte d’ailleurs la tenue des servantes. La chapelle qui lui est dédiée, mentionnée en 1429 et refaite en 1631, est lovée sous une falaise. Elle abrite un autel probablement réalisé en 1648, ainsi qu'un Saint-Sépulcre agencé sous un arc de triomphe néoclassique datant de 1810. Au-devant, on voit un Mont des Oliviers de style baroque, avec des personnages plus grands que nature (donation de 1691).

Chapelle Sainte-Vérène, mentionnée déjà en 1429, et qui se prolonge dans la roche

Chapelle Sainte-Vérène, mentionnée déjà en 1429, et qui se prolonge dans la roche

Saint-Sépulcre que l'on découvre dans la chapelle Saint-Vérène et qui date de 1810

Saint-Sépulcre que l'on découvre dans la chapelle Saint-Vérène et qui date de 1810

Sculptures encadrant le Saint-Sépulcre

Sculptures encadrant le Saint-Sépulcre

Quant à la chapelle Saint-Martin, on en trouve trace en 1426 déjà, et on sait qu’elle a été transformée en 1576 et 1663 ; ses murs et plafond sont magnifiquement décorés de fresques et de peintures qu’on peut admirer à travers une porte grillagée.

Chapelle Saint-Martin, lovée contre la falaise

Chapelle Saint-Martin, lovée contre la falaise

Les murs et le plafond de la chapelle Saint-Martin sont entièrement décorés

Les murs et le plafond de la chapelle Saint-Martin sont entièrement décorés

L'autel de la chapelle Saint-Martin

L'autel de la chapelle Saint-Martin

Remplis de belles images et d’une profonde sérénité, nous sommes ensuite partis pour le Château de Waldegg, construit à la fin du 17ème siècle par Jean Victor de Besenval, et qui reflète les temps glorieux où Soleure était le siège des ambassadeurs du Roi de France. Il compte parmi les constructions profanes de style baroque les plus remarquables de Suisse. Grâce à la fondation familiale créée en 1684 et au respect pour les traditions dont fit preuve la famille de Sury, une grande partie du mobilier d’origine peut aujourd’hui être admirée dans les salles richement décorées ; les peintures exposées sont elles-mêmes liées à l’histoire de la famille des propriétaires. Outre le bâtiment principal, nous avons également pu entrer dans la chapelle Saint-Michel.

Le château de Waldegg tel qu'il se présente en arrivant par le portail principal

Le château de Waldegg tel qu'il se présente en arrivant par le portail principal

Renaud de Montmollin, toujours très bien préparé pour donner toutes les explications nécessaires quant aux lieux que nous visitons

Renaud de Montmollin, toujours très bien préparé pour donner toutes les explications nécessaires quant aux lieux que nous visitons

Philippe Richème, l'un de nos vérificateurs des comptes, très attentif pour réaliser plusieurs photos du voyage présentées dans cet article

Philippe Richème, l'un de nos vérificateurs des comptes, très attentif pour réaliser plusieurs photos du voyage présentées dans cet article

La maquette du château

La maquette du château

Vue en direction de Soleure depuis les fenêtres des étages du château

Vue en direction de Soleure depuis les fenêtres des étages du château

Salon du château

Salon du château

Salle à manger du château

Salle à manger du château

Mobilier du château de Waldegg

Mobilier du château de Waldegg

Mobilier du château de Waldegg

Mobilier du château de Waldegg

Mobilier du château de Waldegg

Mobilier du château de Waldegg

Détail du plafond de l'une des chambres à coucher du château de Waldegg 

Détail du plafond de l'une des chambres à coucher du château de Waldegg 

Eglise Saint-Michel, à Waldegg

Eglise Saint-Michel, à Waldegg

Après un excellent repas (émincé à la zürichoise – hélas non à la soleuroise…) pris dans le Restaurant Kreuzen, nous nous sommes déplacés pour visiter la vieille ville de la porte de Bienne à la porte de Bâle. En se baladant ainsi, on ne peut que s’émerveiller devant son patrimoine bâti, inspiré tant par l’architecture italienne que française. Tous est dans les détails sur les façades, réalisées dans le beau calcaire blanc exploité non loin, au Weissenstein (comme son nom l’indique).

Repas au Restaurant Keuzen

Repas au Restaurant Keuzen

Repas au Restaurant Keuzen

Repas au Restaurant Keuzen

La porte de Bienne ferme la vieille ville de Soleure à l'ouest

La porte de Bienne ferme la vieille ville de Soleure à l'ouest

Nous sommes passés devant quelques-unes des 11 fontaines de la ville, dont celle de la Justice. Comme de nombreuses autres de ses comparses soleuroises, mais aussi neuchâteloises, elle a été sculptée au 16ème siècle par Laurent Perroud. Sa chèvre est surmontée de la Justice, au pied de laquelle se trouvent un pape, un avoyer (premier magistrat), un empereur et un grand Turc, qui figurent les quatre différentes formes du gouvernement à cette époque-là.

Le groupe à la découverte de Soleure, les parapluies désormais fermés

Le groupe à la découverte de Soleure, les parapluies désormais fermés

La vieille ville de Soleure a été bâtie en calcaire blanc provenant du Weisstein ; on voit sur la droite l'église des Jésuites

La vieille ville de Soleure a été bâtie en calcaire blanc provenant du Weisstein ; on voit sur la droite l'église des Jésuites

Vue de la chèvre de la fontaine de la Justice, oeuvre de Laurent Perroud au 16ème siècle

Vue de la chèvre de la fontaine de la Justice, oeuvre de Laurent Perroud au 16ème siècle

Nos pas nous ont également menés devant la Tour de l’Horloge, qui date du début du 13ème siècle (c’est le plus ancien monument de Soleure). La grande horloge astronomique, construite en 1545 par Lorenz Liechti et Joachim Habrecht, sonne les jours, les mois et les années. Sous le cadran, trois symboles indiquent à chaque heure le sens de la vie : un chevalier, la Mort et, au milieu assis sur le trône, un roi coiffé d'un bonnet de fou. La Mort bascule son sablier à chaque coup des heures, et tourne la tête vers le chevalier, le symbole de la vigueur, pour lui dire que son heure est venue.Nos pas nous ont également menés devant la Tour de l’Horloge, qui date du début du 13ème siècle (c’est le plus ancien monument de Soleure). La grande horloge astronomique, construite en 1545 par Lorenz Liechti et Joachim Habrecht, sonne les jours, les mois et les années. Sous le cadran, trois symboles indiquent à chaque heure le sens de la vie : un chevalier, la Mort et, au milieu assis sur le trône, un roi coiffé d'un bonnet de fou. La Mort bascule son sablier à chaque coup des heures, et tourne la tête vers le chevalier, le symbole de la vigueur, pour lui dire que son heure est venue.

La Tour de l'Horloge, construite en 1545

La Tour de l'Horloge, construite en 1545

Le Chevalier, le Roi et la Mort de la Tour de l'Horloge

Le Chevalier, le Roi et la Mort de la Tour de l'Horloge

Heureux moment de complicité entre Louise Rieder et Florence Rebord-Nicole

Heureux moment de complicité entre Louise Rieder et Florence Rebord-Nicole

Renaud de Montmollin nous a ensuite présenté l’église des Jésuites, érigée entre 1680 et 1689, probablement d'après les plans esquissés par frère Heinrich Mayer et selon l'exemple de maîtres d'œuvre du Voralberg. Elle a été construite comme espace baroque universel avec des ouvrages en stuc de grande valeur, qui sont vraisemblablement l’œuvre des frères luganais Giacomo et Pietro Neurone. Le maître-autel de 1704, réalisé par le peintre Franz Carl Stauder, représente l'Assomption de Marie, encadrée par des colonnes monumentales.

L'église des Jésuites, construite entre 1680 et 1689

L'église des Jésuites, construite entre 1680 et 1689

L'impressionnant et monumental maître-autel a été réalisé par le peintre Franz Carl Stauder en 1704 et représente l'Assomption de Marie

L'impressionnant et monumental maître-autel a été réalisé par le peintre Franz Carl Stauder en 1704 et représente l'Assomption de Marie

La chaire, très belle, entre en harmonie absolue avec l'ensemble du décor

La chaire, très belle, entre en harmonie absolue avec l'ensemble du décor

Détail du décor du plafond

Détail du décor du plafond

A quelques pas de là se dresse majestueusement la cathédrale Saint-Ourse, de style néoclassique, construite par l’architecte Gaetano Matteo Pisoni de 1762 à 1773. Les spécialistes considèrent cette cathédrale comme l’un des plus beaux édifices baroques d'Europe centrale. Son nom rappelle la légende des deux Romains Ourse et Victor, qui ont été décapités à Soleure vers 286 parce qu'ils étaient chrétiens ; on raconte que leurs corps, tombés dans l’Aare, ont saisi leur tête sous le bras et ont rejoint le cimetière romain. Cette cathédrale est l’incarnation même du symbolisme du chiffre 11. En effet, elle a été réalisée en onze ans, elle possède trois rangées de onze marches qui mènent au parvis, et les colonnes qui encadrent la porte sont formées de onze parties. La hauteur du clocher est de 6 x 11 mètres et celui-ci abrite onze cloches. Dans la nef, si on se place sur la onzième dalle noire, on aperçoit les onze autels, et les bancs sont disposés par rangs de onze.

La cathédrale Saint-Ourse se dresse entre la porte de Bâle et l'Hôtel de la Couronne

La cathédrale Saint-Ourse se dresse entre la porte de Bâle et l'Hôtel de la Couronne

Les participants s'apprêtent à monter les 3 x 11 marches qui mènent à l'entrée de la cathédrale

Les participants s'apprêtent à monter les 3 x 11 marches qui mènent à l'entrée de la cathédrale

A l'intérieur se trouve l'imposant maître-autel en forme de sarcophage de Carlo Luca Pozzi. La sacristie côté nord abrite le trésor du dôme avec, entre autres, le sacramentaire de Hornbach (Reichenau, vers 983) et la magnifique statue de Marie de Mannlich et Bendl datant de la même année. La perspective de la croisée du transept et de la coupole est particulièrement impressionnante. La plupart des peintures des voûtes datent de 1769 et sont l'œuvre de Gottfried Berhard Göz. Les autels des collatéraux sont aussi du 18ème siècle. La décoration n'est pas surchargée car les stucs ne sont pas peints.

La cathédrale Saint-Ourse, érigée par l’architecte Gaetano Matteo Pisoni de 1762 à 1773

La cathédrale Saint-Ourse, érigée par l’architecte Gaetano Matteo Pisoni de 1762 à 1773

Les espaces intérieurs s'élèvent avec une parfaite harmonie, dans un style particulièrement inspirant

Les espaces intérieurs s'élèvent avec une parfaite harmonie, dans un style particulièrement inspirant

Infatigable, Renaud de Montmollin commente l'intérieur de la cathérale

Infatigable, Renaud de Montmollin commente l'intérieur de la cathérale

La chaire

La chaire

Détail du décor de la tour-lanterne, qui amène une belle clarté à l'intérieur de la cathédrale

Détail du décor de la tour-lanterne, qui amène une belle clarté à l'intérieur de la cathédrale

Détail du sol

Détail du sol

Le groupe se dirige vers la porte de Bâle, afin de retrouver le car qui attend pour la dernière étape de la journée

Le groupe se dirige vers la porte de Bâle, afin de retrouver le car qui attend pour la dernière étape de la journée

Le car est aux couleurs de Xamax

Le car est aux couleurs de Xamax

Notre dernière étape de la journée a constitué une surprise de taille pour tous. Nous avons totalement changé de style pour nous immerger dans une œuvre incroyable de Walter Förderer, l’église Saint-Clément de Bettlach. Elle a été construite entre 1965 et 1969 dans un design intemporel en béton apparent. Le bâtiment est caractérisé par des plans d'étages polygonaux et des volumes complexes et imbriqués, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. L’intérieur combine harmonieusement le bois et le béton, avec une mise en valeur particulièrement saisissante grâce à un éclairage indirect.

L'église Saint-Clément de Bettlach (Bâche en français) a été construite entre 1965 et 1969 par Walter Förderer

L'église Saint-Clément de Bettlach (Bâche en français) a été construite entre 1965 et 1969 par Walter Förderer

Dans les années 1960, les autorités avaient prévu que le village se développe bien davantage qu'il ne l'a fait ; en conséquence, l'église est particulièrement vaste puisqu'elle peut accueillir 5'000 personnes

Dans les années 1960, les autorités avaient prévu que le village se développe bien davantage qu'il ne l'a fait ; en conséquence, l'église est particulièrement vaste puisqu'elle peut accueillir 5'000 personnes

Le clocher de l'église Saint-Clément, entièrement en béton lui aussi

Le clocher de l'église Saint-Clément, entièrement en béton lui aussi

Les membres d'Arthis se réjouissent de découvrir l'intérieur de l'église

Les membres d'Arthis se réjouissent de découvrir l'intérieur de l'église

L'intérieur offre un étonnant mariage entre le béton et le bois, et les volumes sont très harmonieusement pensés

L'intérieur offre un étonnant mariage entre le béton et le bois, et les volumes sont très harmonieusement pensés

Détail de l'intérieur de l'église Saint-Clément de Bettlach

Détail de l'intérieur de l'église Saint-Clément de Bettlach

Enfin, la journée n’aurait pas été aussi chaleureuse si le café accompagné de brioches (à l’aller) et le verre de l’amitié (au retour) n’avaient pas été servis dans le car, comme le veut une tradition dûment établie ! En outre, nous avons pu entendre le très intéressant exposé de Chantal Lafontant Vallotton, conservatrice du département historique du MahN, qui portait sur les relations entre Neuchâtel et Soleure.

En conclusion, nous pouvons affirmer que cette excursion aura été celle de bien des contrastes et de très belles découvertes pour tous. Les membres présents ont unanimement déclaré qu’ils avaient l’envie de retourner sur place afin d’approfondir leur connaissance de tous ces trésors. Pari gagné pour l’équipe des organisateurs et pour notre principal guide du jour, Renaud de Montmollin, Mélanie Bianchi et Julie Rieder !

Julie Rieder, novembre 2017

voyage ARTHIS SO 2017_Page_1.jpg
voyage ARTHIS SO 2017_Page_2.jpg
View Event →
Oct
2
to Oct 6

20 ans d’Arthis – diffusion de l’émission «Les Dicodeurs»

Diffusion de l’émission « Les Dicodeurs » à l’occasion de l’anniversaire des 20 ans d’ARTHIS, avec Julie Rieder comme invitée, en sa qualité de membre-fondatrice de l'association.

Lien pour la diffusion du 02.10.2017 (1/5) : http://pages.rts.ch/la-1ere/programmes/les-dicodeurs/02-10-2017?

Lien pour la diffusion du 03.10.2017 (2/5) : http://pages.rts.ch/la-1ere/programmes/les-dicodeurs/03-10-2017?

Lien pour la diffusion du 04.10.2017 (3/5) : http://pages.rts.ch/la-1ere/programmes/les-dicodeurs/04-10-2017?

Lien pour la diffusion du 05.10.2017 (4/5) : http://pages.rts.ch/la-1ere/programmes/les-dicodeurs/05-10-2017?

Lien pour la diffusion du 06.10.2017 (5/5) : http://pages.rts.ch/la-1ere/programmes/les-dicodeurs/06-10-2017?

Julie Rieder, invitée en qualité de membre fondatrice d'ARTHIS, se prépare pour l'enregistrement de l'émission des Dicodeurs, qui commence dans 10 minutes

Julie Rieder, invitée en qualité de membre fondatrice d'ARTHIS, se prépare pour l'enregistrement de l'émission des Dicodeurs, qui commence dans 10 minutes

Les Dicodeurs Daniel Rausis, Frédéric Gérard, Bruno Coppens et Didier Gendraud font les pitres juste avant l'enregistrement de l'émission

Les Dicodeurs Daniel Rausis, Frédéric Gérard, Bruno Coppens et Didier Gendraud font les pitres juste avant l'enregistrement de l'émission

Les Dicodeurs Didier Gendraud, Bruno Coppens, Daniel Rausis et Frédéric Gérard devant la fresque faisant face à la Brasserie Le Cardinal

Les Dicodeurs Didier Gendraud, Bruno Coppens, Daniel Rausis et Frédéric Gérard devant la fresque faisant face à la Brasserie Le Cardinal

Sébastien Mérienne, gérant de la Brasserie Le Cardinal, prêt à recevoir les Dicodeurs et les 50 invités pour l'enregistrement de l'émission

Sébastien Mérienne, gérant de la Brasserie Le Cardinal, prêt à recevoir les Dicodeurs et les 50 invités pour l'enregistrement de l'émission

Le dicodeur Didier Gendraud

Le dicodeur Didier Gendraud

Le dicodeur Bruno Coppens

Le dicodeur Bruno Coppens

Le dicodeur Frédéric Gérard

Le dicodeur Frédéric Gérard

Le dicodeur Daniel Rausis

Le dicodeur Daniel Rausis

Valérie Dentan, assistante des Dicodeurs, et Daniel Rausis

Valérie Dentan, assistante des Dicodeurs, et Daniel Rausis

Trio de la production technique RTS

Trio de la production technique RTS

Gérard Mermet, producteur de l'émission Les Dicodeurs sur la RTS

Gérard Mermet, producteur de l'émission Les Dicodeurs sur la RTS

View Event →
Sep
25
6:00 PM18:00

Enregistrement de l’émission « Les Dicodeurs » par RTS-La Première

Enregistrement de l’émission « Les Dicodeurs » de RTS-La Première à la Brasserie Le Cardinal à Neuchâtel, avec Julie Rieder comme invitée, en sa qualité de membre fondatrice d’ARTHIS.

2017 09 25 Dicodeurs.jpg

 

 

Julie Rieder aux Dicodeurs lors de l'enregistrement du 25.09.2017

Julie Rieder aux Dicodeurs lors de l'enregistrement du 25.09.2017

Interview Pierres entre Didier Gendraud et Julie Rieder

Interview Pierres entre Didier Gendraud et Julie Rieder

Daniel Rausis en train de faire le portrait de l'invitée

Daniel Rausis en train de faire le portrait de l'invitée

Julie Rieder et Bruno Coppens qui demande à l'invitée (géologue et masseuse) si elle masse les pierres...

Julie Rieder et Bruno Coppens qui demande à l'invitée (géologue et masseuse) si elle masse les pierres...

Frédéric Gérard et Sandrine Viglino interprétant "Le Blues de la boîte de petits pois", en clin d'oeil à l'invitée qui n'aime pas les légumes en conserve... un moment d'anthologie !

Frédéric Gérard et Sandrine Viglino interprétant "Le Blues de la boîte de petits pois", en clin d'oeil à l'invitée qui n'aime pas les légumes en conserve... un moment d'anthologie !

Laurence Bisang et Julie Rieder écoutant "Le Blues de la boîte de petits pois" de Frédéric Gérard

Laurence Bisang et Julie Rieder écoutant "Le Blues de la boîte de petits pois" de Frédéric Gérard

Laurence Bisang montre la photo d'une râpe à tabac à l'origine de l'adjectif "grivois", suite à l'un des défis lancé au Dicodeurs par l'invitée

Laurence Bisang montre la photo d'une râpe à tabac à l'origine de l'adjectif "grivois", suite à l'un des défis lancé au Dicodeurs par l'invitée

Laurence Bisang et Julie Rieder écoutent la chanson "Elle est d'ailleurs" de Pierre Bachelet, revisitée par les Dicodeurs

Laurence Bisang et Julie Rieder écoutent la chanson "Elle est d'ailleurs" de Pierre Bachelet, revisitée par les Dicodeurs

Bruno Coppens interprétant "Paulette, reine des paupiettes", en compagnie de Frédéric Gérard

Bruno Coppens interprétant "Paulette, reine des paupiettes", en compagnie de Frédéric Gérard

Bruno Coppens interprétant "Paulette, reine des paupiettes", en compagnie de Daniel Rausis

Bruno Coppens interprétant "Paulette, reine des paupiettes", en compagnie de Daniel Rausis

View Event →
Jul
4
6:30 PM18:30

Visite de l’exposition « Sous les dehors du dessin. Aspects de la collection 20e - 21e siècle »

Visite de l’exposition « Sous les dehors du dessin. Aspects de la collection 20e - 21e siècle » par Lucie Girardin Cestone, assistante-conservatrice du département des arts plastiques.

Série "Croque Messieurs" de Geneviève Petermann, portraits sur toasts représentant les hommes qui ont visité le profil que l'artiste avait mis en ligne sur un site de rencontre, et textes sur tranches de fromage transcrivant les messages reçus

Série "Croque Messieurs" de Geneviève Petermann, portraits sur toasts représentant les hommes qui ont visité le profil que l'artiste avait mis en ligne sur un site de rencontre, et textes sur tranches de fromage transcrivant les messages reçus

Rolf Iseli (*1934),  Der Optimist , 1994, (détail), aquarelle, acrylique, craie grasse, sable, terre, métal (clous) et corde sur papier, 625 x 498 mm. Donation Jeunet en 2000, Francis Jeunet ayant été membre du comité d'ARTHIS

Rolf Iseli (*1934), Der Optimist, 1994, (détail), aquarelle, acrylique, craie grasse, sable, terre, métal (clous) et corde sur papier, 625 x 498 mm. Donation Jeunet en 2000, Francis Jeunet ayant été membre du comité d'ARTHIS

Affiche de l'exposition "Sous les dehors du dessin", visible du 24 juin au 27 août 2017

Affiche de l'exposition "Sous les dehors du dessin", visible du 24 juin au 27 août 2017

Exposition "Sous les dehors du dessin"

Exposition "Sous les dehors du dessin"

MAHN_sous-les-dehors_scen_2.jpg
MAHN_sous-les-dehors_scen_3.jpg
View Event →
Jun
13
10:00 AM10:00

visite de l’exposition «Transitions – la photographie dans le canton de Neuchâtel 1840 – 1970»

Visite de l’exposition « Transitions – la photographie dans le canton de Neuchâtel 1840 – 1970 », par Chantal Lafontant Vallotton, conservatrice du département historique et Christophe Brandt, commissaire de l’exposition.

Le peintre Albert Anker vers 1909, photographie de Montbaron & cie, à partir du négatif au gélatino-bromure d'argent sur support verre

Le peintre Albert Anker vers 1909, photographie de Montbaron & cie, à partir du négatif au gélatino-bromure d'argent sur support verre

A gauche, Arnold Grandjean, le fondateur de la fabrique Allegro, vers 1930. La légende veut que ce cycliste amateur un peu fort ait baptisé sa marque en fonction des encouragements de certains à son passage: «Allez, gros !»

A gauche, Arnold Grandjean, le fondateur de la fabrique Allegro, vers 1930. La légende veut que ce cycliste amateur un peu fort ait baptisé sa marque en fonction des encouragements de certains à son passage: «Allez, gros !»

Carte postale de la Place Numa-Droz à Neuchâtel, vers 1930

Carte postale de la Place Numa-Droz à Neuchâtel, vers 1930

Carte postale d'un Blériot XI en vol ; carte postale de Jean Gaberell (1887-1949) après 1909

Carte postale d'un Blériot XI en vol ; carte postale de Jean Gaberell (1887-1949) après 1909

Carte postale montrant des enfants chaux-de-fonniers imitant les "danseurs de cordes" en 1909

Carte postale montrant des enfants chaux-de-fonniers imitant les "danseurs de cordes" en 1909

Portrait d'un ouvrier vers 1900 par Jeanne Descombes, tirage sur papier aristotype

Portrait d'un ouvrier vers 1900 par Jeanne Descombes, tirage sur papier aristotype

Garçons sous la douche au milieu du 20ème siècle, tirage au gélatino-bromure d'argent

Garçons sous la douche au milieu du 20ème siècle, tirage au gélatino-bromure d'argent

Aérodrome des Eplatures à La Chaux-de-Fonds en 1956, à partir d'un négatif au gélatino-bromure d'argent

Aérodrome des Eplatures à La Chaux-de-Fonds en 1956, à partir d'un négatif au gélatino-bromure d'argent

Route des Falaises à Neuchâtel, entre 1951 et 1956, photographie de Max Chiffelle (1913-2002) à partir du négatif au gélatino-bromure d’argent

Route des Falaises à Neuchâtel, entre 1951 et 1956, photographie de Max Chiffelle (1913-2002) à partir du négatif au gélatino-bromure d’argent

Publicité "Suchard" à Bordeaux en 1912, tirage au gélatino-bromure d'argent

Publicité "Suchard" à Bordeaux en 1912, tirage au gélatino-bromure d'argent

View Event →
May
20
6:00 PM18:00

Nuit des Musées

Nuit des Musées où Arthis tient un stand de restauration et de boissons.

Les grands airs d'opéra s'envolent en une maestria lyrique qui ravit le public d'année en année

Les grands airs d'opéra s'envolent en une maestria lyrique qui ravit le public d'année en année

Visite libre et gratuite du MahN durant toute la soirée jusqu'à minuit, l'occasion de découvrir le monde des musées

Visite libre et gratuite du MahN durant toute la soirée jusqu'à minuit, l'occasion de découvrir le monde des musées

NE_Nuit_Musees_2017_Brochure.jpg
View Event →
Apr
25
7:00 PM19:00

Présentation de l’ « objet du mois » (des catelles) « Le décor de poêles au XVIIIe siècle à Neuchâtel »

Présentation, dans le cadre de l’« objet du mois » (des catelles) « Le décor de poêles au XVIIIe siècle à Neuchâtel », par Lisa Laurenti, assistante-conservatrice du département des arts appliqués, et par Christophe d’Epagnier, auteur d’une étude sur ce même sujet.

Christophe d'Epagnier

Christophe d'Epagnier

View Event →
Feb
20
10:00 AM10:00

Visite de l’Hôtel de Ville de Neuchâtel

Visite de l’Hôtel de Ville de Neuchâtel (péristyle et premier étage restaurés), par Jacques Bujard, conservateur cantonal, Aida Mitic, architecte au Service des bâtiments et du logement de la Ville de Neuchâtel, et Anne-Laure Juillerat, collaboratrice à l’Office du patrimoine et de l’archéologie.

La cage d'escalier

La cage d'escalier

La salle du conseil général

La salle du conseil général

Détail d'une fenêtre

Détail d'une fenêtre

Le haut de la cage d'escalier

Le haut de la cage d'escalier

Détail d'une boiserie

Détail d'une boiserie

View Event →
Jan
11
11:00 AM11:00

Visite de l’exposition «Prêt à porter?! L’histoire du sac en plastique et en papier en Suisse»

Visite de l’exposition « Prêt à porter ?! L’histoire du sac en plastique et en papier en Suisse », par Christian Hörack, conservateur du département des arts appliqués.

prêt à porter 5.jpg
Vue du secteur de l’exposition « Commerces neuchâtelois disparus »

Vue du secteur de l’exposition « Commerces neuchâtelois disparus »

prêt à porter 4.jpg
Vue du secteur de l’exposition ­« La fe­mme dans la publicité »

Vue du secteur de l’exposition ­« La fe­mme dans la publicité »

prêt à porter.jpg
View Event →